WP4

Athérothrombose et santé orale

Responsables

Objectifs

Le développement et la validation d’auto-questionnaires visant à diagnostiquer les maladies parodontales – ou « maladies des gencives » comme elles sont souvent appelées – sont essentiels dans l’appréciation de l’impact de ces maladies sur la santé. En effet, la durée et la compétence nécessaires à l’examen clinique parodontal rendent difficiles et couteuses les enquêtes épidémiologiques sur larges populations. Des travaux récents suggèrent une association entre maladies parodontales et autres maladies, cardiovasculaires en particulier. Il est donc important d’étudier l’impact des parodontites (formes avancées des maladies parodontales) sur le risque cardiovasculaire.

Notre travail se déroule en 3 phases (cf. liste des taches ci-dessous).

Après avoir procédé à la validation cognitive et clinique d’un auto-questionnaire, celui-ci sera appliqué dans la cohorte Constances (population générale) afin de déterminer la prévalence des parodontites et l’impact de l’hygiène oral sur l’apparition d’événements cardiovasculaires.

Ce questionnaire sera appliqué dans le registre iVASC (population cardiovasculaire) pour évaluer la prévalence des parodontites (étude transversale) et l’association de celles-ci et de l’hygiène oral avec l’apparition d’événements cardiovasculaires récurrents (étude prospective).

L’effet du traitement parodontal sera évalué chez les survivants d’un infarctus du myocarde lors d’une étude interventionnelle multicentrique. L’essai clinique randomisé d’une durée de 24 mois vise à évaluer l’activité inflammatoire dans les plaques d’athérome avant et après traitement parodontal de sujets atteints de parodontite chronique sévère. La Tomographie par Emission de Positons (TEP) au FDG permettant de quantifier les variations du métabolisme du glucose dans les plaques d’athérome sera utilisée. Cette variation constituera la variable principale de cette évaluation. Des prélèvements de fluide gingival et de plasma permettront d’explorer les mécanismes pathogéniques associés au microbiome parodontal (dysbiose) et à la réponse immunitaire.

Partenaires

  • HUPNVS | AP-HP Groupe Hospitalier Hôpitaux Universitaires Paris Nord Val de Seine
  • Paris 5 | Université Paris Descartes
  • UR1 | Université de Rennes 1
  • Colgate | Colgate-Palmolive

Intervenants

Actions de ce WorkPackage

  • Cohorte Constances

Workshop Constances SNIIRAM

30 janvier 2017

Programme du 8 février 2017 14h – 15h : Présentation générale, Marie Zins Cohorte Constances SNIIRAM¹ : contexte et structure [...]

Actualités en lien avec ce WorkPackage

Une bonne hygiène orale diminue le risque de développer un diabète

13 mars 2020|Commentaires fermés sur Une bonne hygiène orale diminue le risque de développer un diabète

L'inflammation joue un rôle important dans le développement du diabète, un problème de santé mondial majeur. La maladie parodontale est également courante dans la population générale. Parce que la maladie parodontale et une mauvaise hygiène [...]

Conférence de consensus entre cardiologues et parodontistes

13 mars 2020|Commentaires fermés sur Conférence de consensus entre cardiologues et parodontistes

Les 18 et 19 février 2019, la Fédération Européenne de Parodontologie (EFP) a organisé, conjointement avec la World Heart Federation (WHF), une conférence de consensus pour réévaluer les preuves de l’association entre maladies cardiovasculaires et [...]

Comprendre le risque inflammatoire résiduel apporte un nouvel éclairage sur l’importance clinique de la parodontite dans les maladies CV

06 mars 2020|Commentaires fermés sur Comprendre le risque inflammatoire résiduel apporte un nouvel éclairage sur l’importance clinique de la parodontite dans les maladies CV

Plusieurs études ont montré les effets bénéfiques du traitement parodontal sur les marqueurs inflammatoires tels que les cytokines, la CRP, ainsi que la fonction endothéliale. En outre, plus qu'une simple réduction des biomarqueurs de l'inflammation, [...]